L’IRACM lance le premier jeu vidéo sur le faux médicament

 

Comment parler de médicaments falsifiés aux jeunes ?

image-pub

A une époque où les « e-pharmacies » envahissent la toile concurrençant dangereusement les sites français agréés et où les réseaux sociaux deviennent un vecteur clé du trafic de médicaments falsifiés, on peut imaginer que les générations futures seront de plus en plus sollicitées par des publicités et autres annonces ventant les mérites de tel ou tel produit miracle. Or les plus jeunes connaissent-ils vraiment les risques qu’ils encourent à acheter des médicaments sur le web ? Sont-ils d’ailleurs même au courant que les faux médicaments existent, qu’ils sont dangereux et que derrière ce phénomène se cachent des trafiquants particulièrement bien organisés ? Rien n’est moins sûr… C’est pour répondre à ce manque d’information que l’IRACM a imaginé, avec le soutien de l’agence de communication b.combrun et le spécialiste du serious game, Genious, une campagne de sensibilisation spécialement adressée aux jeunes, utilisant les codes et les outils de la génération 2.0.

Faire passer le message grâce au jeu vidéo

Depuis longtemps, le jeu vidéo n’est plus uniquement utilisé que pour son aspect ludique. Participatif, à mi chemin entre le jeu et le sérieux, il peut s’avérer être un outil pédagogique adapté pour une génération souvent hyper-connectée.
Dans le jeu imaginé par l’IRACM « Blake : Cartel 2.0 », le joueur se met dans la peau du héros, Blake, un flic infiltré chez des narcotrafiquants sud-américains. Sa mission : découvrir dans quel nouveau type de trafic le cartel s’est investit pour gagner plus d’argent. Un seul indice, ce nouveau trafic est plus lucratif et moins risqué que le trafic de drogue.

blakeImmergé dans une ambiance tropicale, le joueur devra résoudre des énigmes, déjouer des pièges et accumuler des indices afin d’arrêter les trafiquants. En prenant la place du policier infiltré, le joueur devient lui même membre du réseau et découvre, au fur et à mesure du scénario, la face caché du crime organisé ainsi que les dangers de la falsification de médicaments : produits entrant dans la fabrication des faux comprimés, typologie de médicaments falsifiés, conditions de fabrication, etc. Une pédagogie basée sur le « contre-emploi » qui permet de mieux appréhender les risques et les mécanismes de ce trafic.

«  Jouer à un jeu vidéo, ça n’est pas seulement regarder un écran et commander un personnage, c’est aussi analyser des situations et traiter l’information. C’est un format pédagogique à part entière. Si à l’issue de ces quelques minutes d’amusement, chaque joueur retient simplement que la falsification de médicaments existe et qu’il peut y être confronté un jour s’il n’y prend pas garde, alors, notre pari est gagné ! » Explique Bernard Leroy, Directeur de l’IRACM.

Gratuit, téléchargeable sur smartphone et tablette, le jeu est disponible sur Apple Store et Google Play. Idéal pour les plus jeunes le jeu intéressera aussi les plus grands !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*